Baisons gastronomique, Halte à la Mal-Baise !

 

En pleine période électorale, saturée des discours et inepties quotidiennes, je me suis plongée dans le manifeste de Julia Palombe dont le moto est « Liberté, Egalité, Sexualité »

Mais qui est Julia Palombe ? Je me suis retrouvée plusieurs fois à devoir poser mon bouquin ultra « Eye catching » et sa couverture jaune pour satisfaire la curiosité des voyageurs et autres personnes qui ont croisé mon chemin ces derniers jours. Julia, c’est une artiste. Elle danse en bas couture, elle chante le plaisir, elle écrit. Mais surtout elle s’engage, elle dénonce, elle bouscule. Pour toute une génération, elle incarne la liberté, la révolution sensuelle. Le Manisfeste de Julia se décline en 10 commandements pour combattre la mal-baise et propose une vision nouvelle de nos rapports charnels, mais aussi de nos rapports fraternels au sein de la société.

Mais qu’est-ce que la mal baise qu’entend-elle par-là  ?

Et bien se sont toutes ses mauvaises habitudes que nous avons prises en pleine conscience ou non et qui petit à petit grignotent la vitalité de notre sexualité.

Voyons de quoi il s’agit  :

        Aurions-nous oublié de nous amuser ?

Métro boulot dodo, nous subissons plutôt que nous nous amusons et nous en oublions les jeux érotiques pourtant vitaux pour la survie du couple et son épanouissement.

« La sexualité est le bac à sable des enfants devenus grands »

        Malbouffe-Malbaise, même combat ?

Selon Julia, aujourd’hui nous consommons le sexe comme nous mangeons, de plus en plus mal, de plus en plus vite sans plaisir.

« Refusez la mal-baise et défendez la baise gastronomique, parce que vous le valez bien ! »

        Jalousie, Possession deux sorcières maléfiques ?

Fuyons l’amour prison et vivons libres. Il n’est pas question ici de faire tout et n’importe quoi mais de réaliser qu’on ne peut posséder quelqu’un. Arrêtons de nous rendre malades en amour parce que nous aimons mal. Au contraire, trouvons dans l’amour libre une merveilleuse façon d’élargir le champ du plaisir.

« C’est parce que les deux parties seront libres qu’elles seront d’autant plus unies lorsqu’elles seront ensemble. C’est la possibilité de partir qui donne de la valeur au fait de rester. »

          Non à la monotonie

Ici on rejoint un peu le commandement numéro 1 dans le sens où il ne faut pas tomber dans la routine sexuelle et subir. L’enthousiasme et l’envie sauvent la sexualité de la monotonie.

« La seduction est erotique car elle fait appel à nos fantasmes. »

           Donne le meilleur de toi même

Ici aussi je trouve que l’on retrouve les éléments du commandement 1 et 4 où il est question de prendre soin de nous, de ne pas s’oublier pour l’autre et de cultiver nos différences, pour toujours s’enrichir.

           Jouissons !

Celui-là c’est mon préféré, non sans blague, ce ne serait pas super de pouvoir profiter de chaque instant, de nous aimer au lieu de nous déchirer ? Osons, éclatons nous, utilisons cette énergie sexuelle qui est en nous !

« Et si la paix sociale etait dans nos lits ? »

           Aime-toi

Tout le monde le sait, on ne peut pas aimer quelqu’un si on ne s’aime pas soi-même. Respectons-nous pour respecter l’autre. Développons nos différences, posons-nous les bonnes questions pour savoir où aller.

« Dans une société comme la nôtre qui érige le statut de victime en personnalité attachante, il est aisé de tomber dans le piège du rôle de martyre. »

         Du virtuel au réel

Attention à la virtualité, elle ne remplacera jamais la réalité, tout au plus elle pourra l’enrichir de nouvelles expériences mais en aucun cas s’y soustraire.

Que cherche-ton vraiment dans le virtual sexfriend ?

« C’est une chose très précieuse et dont nous avons oublié le nom ces derniers temps : l’Amitié. Sans amitié il ne peut y avoir d’amour véritable. Le socle de la relation doit être amical pour que le sentiment amoureux puisse y naitre et s’y épanouir pleinement. »

         Défendons notre liberté sexuelle

Ne lâchons pas, poursuivons le combat pour défendre notre droit d’aimer qui on veut.

« Pourquoi est-ce si difficile d’accepter que la liberté sexuelle soit un droit ? »

« Comment prétendre pouvoir vivre ensemble si nous ne sommes pas libres de choisir notre sexualité ? »

        Qualité plus que quantité

Là aussi on revient un peu au prêt à jouir et au commandement numéro 2. Refusons la médiocrité et ne nous contentons plus de la baise de masse. Pourquoi nous priver de sexe sans émotion sans intensité ? Nous avons besoin de l’amour comme matière première.

« Le sexe c’est de la cuisine amoureuse, cela demande du temps. Si vous vous contentez d’avaler l’autre comme si vous avaliez un Mc Do , ne vous étonnez pas d’avoir faim deux heures après. »

Mon avis dans tout ça ?

Et bien je me suis retrouvée dans de nombreux passages et je me suis dit que finalement, je ne faisais pas de si mauvais choix dans ma vie amoureuse et sexuelle. Après je pense que ce manifeste qui se veut libertaire et qui souhaite vous ouvrir les yeux sur les dérives de la société actuelle, est parfois un peu directif et j’aurais aimé au contraire qu’il me pousse davantage à la réflexion.  Chacun est libre de choisir aussi la sexualité qui lui convient et ne serait-ce pas justement ne proposer qu’une voix de développement unique que de suivre à la lettre ses dix commandements ?

Je vous laisse en juger par vous-même.

En tous les cas, on pourrait tirer de ce livre pas mal de sujets pour le bac de philo de l’année prochaine, je serais curieuse de voir comment cette nouvelle génération 2.0 voit les choses !

Retrouvez la sublime Julia sur son site.

Quand au manifeste contre la société de la mal-baise: Au lit citoyens ! vous le retrouverez partout en ligne et dans toutes les bonnes librairies. Une édition Hugo&Cie.

 

 

 

 

 

1 commentaire

  • Madame Marie-Line 14 novembre 2016 at 13 h 05 min

    Quand deux points de vue décomplexés, intelligents et rafraichissants se rencontrent…
    Merci Candice pour cette découverte : ça donne envie de le lire.

    Repondre

Laisser votre commentaire