Le dîner épisode 3

Mon intimité a rarement besoin d’aide pour la lubrification et mon vagin plus qu’humide vient de gober avidement le cadeau de Claire. Pour l’instant, je sens à peine le Sextoy à l’intérieur de moi et j’ai hâte que les festivités commencent. De retour parmi nos invités, les langues se délient grâce aux quelques verres déjà partagés. Je découvre que Paul et Solange sont échangistes et qu’ils ont rencontré Claire au Cap d’Agde il y a quelques années. Je suis surprise, ce n’est habituellement pas trop le type d’endroit qu’elle affectionne. L’ambiance est détendue au bord de la piscine et Claire m’accueille avec un verre et un grand sourire. Elle me présente comme son amie, je suis toute gênée. Carole et Julie semblent être dans la confidence de notre petit jeu, elles ne font que de se lancer des regards complices et rieurs. Je ne peux m’empêcher de loucher sur la poitrine de Carole. Son décolleté est plongeant et ses seins bien ronds et fermes. Claire a remarqué mon petit manège et s’en amuse. Julie, elle, son atout c’est sa taille mannequin, avec sa silhouette élancée, mais surtout sa bouche pulpeuse et ourlée de rouge. J’ai des pensées coquines et ce petit objet en moi m’émoustille. Claire embarque Julie et Carole dans la cuisine pour l’aider à la préparation de la suite du dîner. Je me retrouve alors seule et en profite pour grignoter quelques mignardises apéritives. Solange et Paul ont disparus. Mais où sont-ils passés ? À part le bruit des cigales qui tend à disparaître en cette fin de journée, c’est le calme complet. Pourtant, il m’a semblé entendre quelque chose. Julie m’a vraiment donné chaud et j’ai besoin de me rafraîchir un instant. Je quitte ma robe pour sauter dans la piscine, oubliant l’oeuf vibrant. Espérons qu’il soit waterproof. Je ressors de suite pour récupérer ma serviette qui sèche dans le pool house. Je m’approche et me rends vite compte que Paul est en train de prendre Solange dans la cabane. Elle est penchée en avant contre le meuble où Claire range le matériel de la piscine. La grosse queue de Paul la pénètre brutalement. Paul ne ménage pas ses efforts et Solange dégouline littéralement. Ils ne m’ont pas vue, je suis pourtant juste à l’entrée. Les fesses de Solange sont bien écartées, j’ai une vue plongeante sur sa cyprine qui dégouline de son vagin vers ses cuisses. Ça fait très longtemps qu’un homme ne m’a pas touchée et l’espace d’un instant j’imagine ce membre me transpercer. En pleine rêverie je suis alors surprise par les vibrations de mon oeuf. Qui a déclenché la télécommande ? Je sens une présence derrière moi, je ne bouge pas, au risque de me faire débusquer par Solange et Paul.
– Alors on mate ? C’est vilain, ça, tu sais ? Je suis certaine que ça te fait mouiller en plus ! Espèce de petite coquine. Tu ne perds rien pour attendre. Claire vient de me surprendre en flagrant délit de voyeurisme. Mais je ne suis pas bien sûre qu’elle a en sa possession la télécommande car en me retournant je vois aussi Julie qui me toise intensément. Une vraie conspiration. Je m’éloigne et les retrouve autour de la table.
– Tu dois avoir faim Miya me dit alors Julie en souriant.
– Oui je commence effectivement.
– Claire a beaucoup de chance de t’avoir, tu es vraiment très belle…
– C’est une vilaine coquine. Et oui je sais ce que vous pensez les filles ! Je l’ai choisie à mon image, s’ exclame t-elle de rire.
– Oui, on te connaît bien, on a aucun doute là-dessus !

Je ne sais toujours pas quel est le lien qui unit ou qui avait uni ses trois là, mais je suis quasi sûre qu’il ne s’agit pas d’une relation très chaste.
Solange et Paul l’air de rien nous rejoignent. Une fois tous assis à table, Paul ouvre le bal :
–Je tiens à porter un toast à toutes les petites voyeuses assisses à cette table ! S’exclame –t-il en me faisant un clin d’œil. Je suis démasquée et tout le monde éclate de rire. Au moment où je repose mon verre, les vibrations reprennent avec une intensité plus puissante.
–Tout va bien Miya ? Tu es bien maladroite, que se passe-t-il ?
–Non c’est rien, tout va bien ! J’essaie alors de voir qui pourrait avoir enclenché la télécommande. Impossible, tous sont en train de manger ou de boire, les mains sur la table. Les vibrations ne s’arrêtent plus et je suis littéralement trempée, ma robe et la chaise sous mes fesses aussi. Mon périnée se contracte, mon cœur s’accélère, c’est un vrai supplice de ne pas pouvoir m’exprimer. Mon bas ventre me brûle et je n’ai qu’une envie me soulager le clitoris avec ma main. Il est maintenant gonflé et à vif. J’ai beau frotter mes jambes l’une contre l’autre, rien n’y fait.
–Miya il faut ralentir le vin, tu es toute rouge ! Claire se moque ouvertement de moi. Entourée de Julie et Carole je ne peux même pas me saisir de sa main sous la table pour m’apaiser. Au moment où je crois venir, l’oeuf cesse alors de vibrer m’emplissant d’une sensation de vide et de frustration. L’air de rien, je continue à déguster l’excellente cuisine de Claire tandis que Carole et Julie se lèvent pour aller chercher le dessert.
–Tu as aimé nous voir nous aimer Miya demande Paul ?
Après cette question je manque de m’étouffer avec mon pain.
–Miya a l’érotisme en elle, elle est faite pour le sexe, explique Claire.
–Merci Claire, mais je crois que Paul s’adressait à moi.
Claire semble fâchée, elle déteste quand je la remets en place !
-Eh bien oui, je vous ai trouvés très beaux tous les deux et quel joli coup de reins Paul, Solange est une veinarde !
–Solange est prêteuse, si tu veux essayer c’est avec plaisir.
–Ça ira Paul, je te l’ai déjà dit, Miya est comblée, n’est ce pas Miya ? Me demande Claire. Je suis gênée, c’est vrai que depuis ma rencontre avec elle, j’ai mis les hommes de côté. Cette femme me fait jouir comme jamais aucun homme ne l’a fait auparavant.
–Absolument ma chérie ! Lui répondis-je alors.
–Va donc voir ce que font les filles, il ne faut pas trois heures pour préparer des sorbets! Je m’en vais à la cuisine, laissant Claire, Paul et Solange à leurs discussions de performance. À peine arrivée dans le salon, j’entends les filles.
– Chut… Allez arrête, ils vont se demander ce qu’on fait, dépêche-toi !
– Je ne partirai pas d’ici sans que tu aies joui Carole…
Carole, assise sur le plan de travail, sa jupe relevée, se fait manger le minou visiblement agrémenté de sorbet par Julie qui se régale. Décidément, sans le vouloir, je suis la voyeuse de la soirée. Carole a le sexe glabre, rose et ses lèvres plus claires contrastent avec sa peau plus mate. Le plaisir lui va formidablement bien au teint et à ce moment précis je souhaiterais être à la place de Julie. Claire ne me laisse que très peu la déguster, raffolant elle-même de me bouffer la chatte. Carole, les boucles blondes de Julie dans les mains, transpire le plaisir. Tout son corps tremble et frémit à chaque coup de langue de sa maîtresse. Elle mouille énormément, son con dégouline mais Julie ne laisse rien se perdre, elle lape avidement.

–Viens m’embrasser au lieu de rester plantée là, s’ écrit alors Carole à mon intention.
Sans même m’en rendre compte, je me suis approchée plus que de raison. Et sans réfléchir, je m’avance près de Carole, lui caresse les cheveux et l’embrasse impudiquement avec la langue. Je lèche ses lèvres, les mordille et renforce ainsi son excitation. C’est au contact de ma bouche que son orgasme arrive enfin, l’emportant dans des sphères lointaines. Quel beau spectacle !

Pendant ce temps sur la terrasse :

–Vous croyez qu’elle est prête ? Interroge Claire
–Tu l’étais pas plus qu’elle à l’époque, souviens-toi ! Lui répondit Paul.
–J’avais quand même plus d’assurance, je savais ce que je voulais…
–Je crois que tu te méprends Claire, Miya a l’air d’avoir beaucoup de caractère et c’est une vraie coquine. À ton avis, pourquoi n’est-elle pas encore revenue de la cuisine ? Lui demande Solange. Je suis certaine que les filles l’ont embarquée dans leur manège. Elles sont terribles ces deux là. Des assoiffées de sexe. Elles s’en donnent à cœur joie depuis tout à l’heure avec la télécommande ! Elle l’ont fait venir quasi jusqu’à l’orgasme à table. Je la regarde du coin de l’œil ta Miya, et bien, crois moi, j’aurais bien voulue être celle qui lui donnait tout ce plaisir. Je me réjouis de la suite !
–Solange, tu es vraiment insatiable, preuve que Paul ne te suffit pas ! lui rétorque Claire en riant.
–Oh ça va… Ce n’est pas parce que ma femme a jouit entre tes doigts plusieurs fois qu’il faut la ramener !
–Bon, on fait quoi ? On va les chercher où on les laisse se manger le minou ? Demande Claire.
–Étonnant que tu ne sois pas jalouse Claire, lui dit Solange.
–Parce que je sais que je suis la meilleure et la plus expérimentée en ce qui concerne les femmes !

Carole descend du plan de travail et nous regarde amoureusement Julie et moi.
–Merci les filles, mais je crois qu’on nous attend pour le dessert.
–En ce qui me concerne je suis déjà presque rassasiée lui répond Julie. Les sorbets sur un plateau, j’apporte alors les coupes sur la terrasse. Une fois les invités servis, les vibrations reprennent de plus belle. Après cet intermède avec Carole, je suis vraiment à bout. Je rêve que Claire me prenne et me fasse divinement jouir. D’ailleurs, une fois ma glace terminée, je cours lui glisser à l’oreille :
–J’ai envie de toi là… J’ai hâte que la soirée se termine… Ils partent à quelle heure ?
–Mais ils ne partent pas ma chérie, je les héberge cette nuit.
–Ah bon ?
–Oui, oui, ils restent avec nous.
Je reviens à ma place un peu surprise. Soit, j’attendrai que tout le monde soit couché pour hurler dans l’oreiller.
Le dîner se termine tranquillement, tout le monde met la main à la pâte pour ranger dans une ambiance franchement fraternelle et amicale. Le soleil s’est complètement couché mais la température ce soir peine à baisser. Les lampes solaires dans le jardin, autour de la piscine et sur la terrasse ont pris le relais. S’en est presque romantique. Solange et Paul se grillent une clope allongés sur les chaises longues. Carole et Claire se boivent un limoncello glacé. Moi, j’observe Julie qui vient de se mettre complètement nue pour plonger dans la piscine. Je viens de me rendre compte aussi, qu’en jetant ses vêtements à terre, elle avait perdu un petit objet source de perturbations pour moi toute la soirée : la fameuse télécommande. Je m’approche du bord, et, en un geste non réfléchi, je m’accroupis après avoir enlevé ma culotte. Seule ma robe couvre maintenant mon intimité.
–Julie, vient voir s’il te plaît. Approche-toi… Lui dis-je.
Julie vient me rejoindre au bord, c’est alors que sous ses yeux ébahis, je tire sur la ficelle et lui montre bien impudiquement l’oeuf qui est expulsé de ma chatte, englué de cyprine bien opaque.
–Je ne serai plus ton jouet maintenant. D’un geste, j’envois le sextoy au fond de la piscine. Tous se pressent alors autour de moi pour me faire tomber à l’eau toute habillée, enfin, ce qui reste de mes vêtements. Je suis désormais avec Julie au milieu du bassin. Solange, Carole, Claire et Paul sont assis sur les margelles et me regardent. Un à un ils se déshabillent. J’entends Claire qui s’exclame :

J’annonce que la soirée d’initiation de Miya peut commencer !

Pas de commentaire

Laisser votre commentaire